Obtention des Technologies Telles que la Nanotechnologie Hors des Universités

par M. Thierry Bontoux

M. Thierry Bontoux, Fondateur et Directeur, TBx Consulting Ltd, R-U.
Auteur Correspondant : thierry.bontoux@tbx-consulting.com

Quel est le rôle des universités et des institutions de recherche publiques en fournissant des technologies à l'Industrie ? C'est une question avec beaucoup de réponses possibles qui n'atteindront jamais un accord si en premier lieu nous ne considérons pas qui les Universitaires sont, et ce qui est leur objectif à réaliser.

Les Universitaires/mandat des universités ne doit ni effectuer la recherche et développement industrielle, ni est elle pour comprendre les résultats industriels de la recherche qu'ils ont exécutée. Ils savent mieux que n'importe qui ce qui sont les défis scientifiques et les réponses leur travail fournit, mais obtiennent à peine intéressé par le bénéfice court et financier qu'elles pourraient obtenir de la commercialisation de leur travail. Certains font, mais est l'exception. L'immense majorité de eux ne sont pas les entrepreneurs. On de ceux que J'ai travaillés avec avaient simplement peur par l'idée de traiter l'industrie, sinon contre le principe nu de faire ainsi. Cependant, après avoir dit ainsi, on pourrait se demander pourquoi les zones comme autour de Cambridge au R-U ou au Stanford aux ETATS-UNIS ont engendré tant de mises en route réussies.

Ce Qui s'est produit sur ces deux que le campus est certainement une combinaison des universités encourageant des rotation-sorties combinées avec un groupe d'ingénieurs disponibles pour brancher d'un employeur de risque fort à l'autre si leur pli initial de compagnie. Mais ce deuxième composant est-il associé avec l'université ? Pas au delà du fait que les universités pourraient les avoir bien formés. Cette « race » des ingénieurs a peu en commun avec les universitaires. Les Deux constituent deux groupes distincts qui mettent une fois sont ensemble capables de la réussite industrielle la plus grande. Pourquoi ? Puisqu'ils examinent aux problèmes de la façon très différente. Il y a ainsi une voie de laisser des PME et des mises en route tirer profit de la technologie et l'IP développé dans des universités ; une voie non applicable seulement à Cambridge et à Stanford.

La Plupart Des universités ont développé quelques procédés pour vendre ou qualifier leur IP, mais elles ont fait ainsi de la voie la plus inefficace considérant la quantité de moyens qu'elles ont et le nombre réel de rotation-sorties réussies apparaissant hors de elles.

À mon avis, il y a deux raisons de cette situation : 1) l'accès à l'IP est pratique seulement à la disposition des universitaires ; et 2) des bureaux de transfert de technologie sont dirigés par des personnes sans la connaissance réelle de l'entreprise et qui dans de nombreux cas n'ont été jamais exposés à la réalité de l'esprit d'entreprise. Pourquoi resteraient-ils dans le poteau s'ils étaient les entrepreneurs réels avec tout le potentiel qu'une boîte d'université offre en termes de développement d'entreprise ?

La solution pourrait être une alternative au modèle classique de Rotation-À l'extérieur notamment un système de Fuite-À l'extérieur par lequel un entrepreneur interne ou externe ait pu utiliser les installations d'universités et le financement afin de produire d'une technologie commercialisable. On l'a ressenti dans une étude récente que J'ai faite sur des défis faisant face à la recherche au R-U1 que plus d'universitaires et commencent se lève seraient disposés à prendre le risque s'il était partagé, avec les victoires potentielles sur l'IP et les comptabilités partagés. Dans le cas où cet élan a défailli l'IP demeurerait toujours avec les universités et eux soyez libre pour vendre lui en circuit ou l'essai pour le développer et lancer sur le marché avec quelqu'un d'autre.

Un modèle de Fuite-À l'extérieur a beaucoup d'avantage pour les universités et les entrepreneurs :

1) il porte des compétences d'affaires que l'institution académique manque en général ;
2) il réduit le risque financier pour des ces disposé pour se risquer dans des affaires d'entreprise. L'université leur fournit un soutien financier sinon une rémunération ; et
3) les universités réduiront leurs coûts en investissant dans les entrepreneurs réels et en maximisant de ce fait le numéro de l'entreprise réussie potentielle.

Partout dans le monde, les universités sont pleines des personnes très intelligentes avec une compréhension fantastique de la science. Elles méritent un système de transfert efficace de technologie permettant à elles ou à d'autres de porter leurs idées à l'extérieur au monde réel. Le système de Fuite-À l'extérieur devrait permettre à ceci de se produire parce qu'il se fonde sur différentes compétences et non seulement sur la couverture requise en fonds propres de Capital-Risque.


Références

1. Stratégie BRITANNIQUE pour la Nanotechnologie (stratégie de http://tbx-consulting.com/images/document/UK pour nanotechnology.pdf)

Droit d'auteur AZoNano.com, M. Thierry Bontoux (TBx Consulting Ltd)

Date Added: Apr 8, 2010 | Updated: Jun 11, 2013

Last Update: 14. June 2013 01:20

Tell Us What You Think

Do you have a review, update or anything you would like to add to this article?

Leave your feedback
Submit