Technique Neuve de Graphene pour des Études de Microscopie Électronique d'Accroissement de Nanocrystal

Published on April 21, 2012 at 6:19 AM

Par Cameron Chai

Une équipe de recherche de l'Université de Californie (UC) Berkeley et du Laboratoire National de Lawrence Berkeley (Laboratoire de Berkeley) a conçu une technique qui permet l'encapsulation des liquides nanocrystal entre les couches de graphene, pour prendre des images des réactions chimiques se produisant dans des medias liquides à une définition d'atomique-échelle utilisant un microscope électronique.

Dans la cellule liquide de graphene, le graphene de opposition couvre la forme une cavité liquide scellée de réaction de nanoscale qui est transparente à une poutre de microscope électronique. La cellule permet l'accroissement, la dynamique nanocrystal et la coalescence à capturer en temps réel à la définition atomique par l'intermédiaire d'un microscope électronique de boîte de vitesses. (Crédit : Laboratoire National de Lawrence Berkeley)

Cette technique neuve prépare le terrain d'observer directement des phénomènes biologiques, chimiques et matériels se produisant dans les liquides en effectuant des films à la définition d'atomique-échelle. Parc de Jungwon, un des chercheurs, déclaré que la cellule liquide de graphene neuf a permis aux chercheurs d'encapsuler une trace d'échantillon liquide dans un état de vide poussé pour capturer des films en temps réel de l'accroissement nanocrystal de platine. La haute résolution et le contraste est un résultat des états réalistes d'échantillon fournis par la cellule liquide qui doit principalement à l'inertie ultra-mince d'épaisseur et de produit chimique du graphene.

Des cellules Liquides avec un hublot de visionnement sont habituées pour sceller hermétiquement les échantillons liquides pour réaliser l'étude de microscope électronique. Jusqu'ici, ces cellules ont été équipées des hublots de visionnement faits d'oxyde de silicium ou nitrure de silicium. Cependant, l'épaisseur élevée de ces hublots silicium-basés de cellules évite la pénétration d'électron, de ce fait limitant la définition. D'ailleurs, ces hublots touchent à la condition innée du liquide ou du spécimen dans le liquide.

Le Parc a expliqué que le graphene est intense, hautement imperméable, et chimiquement inerte et permet au faisceau d'électrons de traverser, de ce fait protégeant l'échantillon actuel dans la cellule liquide contre la poutre de grande énergie d'un microscope électronique. Pour produire la cellule liquide de graphene, une solution d'accroissement de platine a été introduite à la pipette pour l'obtenir encapsulé entre une paire de couches stratifiées de graphene suspendues sur les trous de réseau d'un microscope électronique traditionnel de boîte de vitesses (TEM). Kwanpyo Kim, un des chercheurs, expliqué que l'interaction intense de van derWaals entre les deux couches de graphene leur a permise d'encapsuler les gouttelettes liquides des tailles 6-200 nanomètre.

L'équipe de recherche a examiné les cellules liquides de graphene utilisant le Microscope Aberration-Rectifié par Électron de Boîte De Vitesses I (ÉQUIPE I) au Centre National du Laboratoire de Berkeley pour la Microscopie Électronique. Avec l'aide des cellules et de l'ÉQUIPE liquides de graphene I, l'équipe a effectué des films en temps réel tous premiers de l'accroissement nanocrystal de platine dans le liquide à une définition sans précédent avec moins perturbation d'échantillon. La prochaine phase de l'équipe est d'explorer l'accroissement d'autres nanoparticles. Ces cellules liquides de graphene peuvent également être utilisées pour étudier des biomatériaux comme des protéines et l'ADN.

Source : http://www.lbl.gov/

Last Update: 21. April 2012 13:45

Tell Us What You Think

Do you have a review, update or anything you would like to add to this news story?

Leave your feedback
Submit